L’histoire de Sega, c’est plus fort que toi

Article sponsorisé

Hello les Geeks !

Connaissez-vous vraiment SEGA ?

 

Sega, même si vous êtes un ou une geek affirmé(e), cela ne vous dit peut-être rien. Sachez cependant que cette marque mythique a contribué dans les années 1980-1990, avec Nintendo, à la popularisation des consoles de salon. Nous parlons d’un temps où ni Sony ni Microsoft ne pensaient sortir une console de jeux. Nous parlons d’un temps où le e-sport et ses professionnels n’existaient pas encore, encore moins des professionnels s’illustrant dans d’autres disciplines, comme le super champion de poker Bertrand ElkY Grospellier, qui a fait ses armes sur StarCraft. Les deux consoles phares de la marque sont la Master System (8 bits, sortie en 1985) et surtout la Genesis, vite rebaptisée Méga Drive, d’une capacité de 16 bits, sortie en 1990. Le marché était partagé uniquement avec Nintendo.

Source : Wikimedia

Source : Wikimedia

Comme son concurrent, l’histoire de Sega a commencé même avant le jeu vidéo lui-même. C’est en 1951 que deux Américains fondent la société Lemaire and Stewart, spécialisée dans l’importation et la maintenance de juke-boxes pour les bases militaires américaines. En 1952, leur compatriote Martin Bromley fonde l’entreprise Service Game (dont l’abréviation donnera Sega). Les deux enseignes fusionnent en 1954, créant un consortium important des juke-boxes, mais aussi des machines d’arcade et flippers. En 1966, la société commercialise son premier jeu d’arcade, Periscope, dans lequel le joueur doit détruire les sous-marins ennemis. Dans les années 1970, Sega produit de plus en plus de jeux d’arcade, mais également des produits de salon pour les Atari 2600 et Colecovision. En 1983, la marque sort sa première console de salon, la SG-1000, pour contrer la Famicom de Nintendo. Le combat démarrait, et il allait durer deux décennies.

En 1986, les actions de la marque deviennent publiques au Japon. Sega décide alors de s’exporter dans le reste du monde. C’est à ce moment que nous voyons déferler sur les écrans de télévision les spots de pub ponctués du fameux slogan : « Sega c’est plus fort que toi ». Le premier jeu phare de la Master System était la simulation de combats aériens After Burner. Fort de son expérience, Sega ressort assez rapidement ses plus grands succès d’arcade, comme le jeu de combat Double Dragon. Plus d’un million d’exemplaires seront vendus. Mais la Master System s’est exporté dans tous les continents, sauf aux États-Unis. La marque japonaise prépare alors une nouvelle machine, qui sera deux fois puissantes.

Source : Wikimedia

Source : Wikimedia

C’est ainsi que la Mega Drive 16 bits est lancée à l’aide d’une grande campagne marketing dans le monde entier. Le jeu phare créé quelques années plus tard n’est autre que Sonic the Hedgehog, un jeu de plateforme mettant en scène un hérisson bleu bourlinguant dans un univers très coloré. Vendu à plus de 15 millions d’exemplaires, il donnera une suite ainsi qu’un troisième opus.

Mais les 2 consoles suivantes, la Saturn et la Dreamcast, ne rencontreront pas du tout leur public. Fort de constat, l’entreprise annonce en janvier 2001 son retrait du marché des consoles. Sega revient à ses premiers amours, la production de jeux et notamment de jeux d’arcade. La marque produit notamment le jeu Football Manager, jeu de management de football, l’un des plus vendus de tous les temps.

Son grand adversaire, Nintendo, saura se renouveler (notamment face à la concurrence de Sony et Microsoft) grâce à la sortie de la Wii. Une console pensée pour attirer les non-gamers dans l’univers des consoles. La compétition d’aujourd’hui, entre Sony et Microsoft, est l’héritière de cette lutte féroce entre Nintendo et Sega, initiée au début des années 1980. A noter que la Mega Drive vient de ressortir en version mini, tout comme la Super Nintendo…

L'aimeriez-vous au pied de votre Sapin ?